Les grands principes du Développement à Long Terme du Participant/Athlète (DLTP/A)

Le concept du DLTA nous vient du Canada et signifie Développement à Long Terme de l’Athlète. Il s’agit d’un programme complet d’éducation, d’entraînement, de compétition et de récupération basé sur le stade de développement et le niveau de maturité de l’individu plutôt que sur son âge chronologique. Le modèle tente aussi de résoudre les problèmes récurrents dans le sport et s’attaque aux lacunes du système sportif.

Evasion Sport s’inspire largement de ce modèle pour concevoir ses programmes sportifs.

Voici un résumer des 7 étapes du DLTP/A:

-Enfant actif (de 0 à 6 ans)

L’objectif est l’apprentissage des mouvements fondamentaux par le jeu en intégrant l’activité physique au quotidien et de manière amusante sans être perçue comme une obligation. L’accent doit être porté sur la participation et non pas sur la compétition. Une attention particulière sera portée sur l’acquisition de reflexes favorisant un style de vie actif. A cet âge, un enfant ne devrait pas rester inactif pendant plus de 60 minutes, excepté les heures de sommeil.

-S’amuser grâce au sport (Garçons : 6 à 9 ans ; filles : 6 à 8 ans)

Ici, les fondements du mouvement doivent être appris et l’on doit centrer son attention à développer les déterminants de la condition motrice générale : agilité, équilibre, coordination, vitesse. L’ambiance sera positive et amusante. Des règles simplifiées d’éthique dans le sport seront enseignées aux enfants.

-Apprendre à s’entraîner (Garçons : 9 à 12 ans ; filles : 8 à 11 ans)

Ce stade est important pour l’acquisition et le développement d’un répertoire d’habiletés sportives général. Pendant cette période, les adaptations sur la coordination motrice se développent plus rapidement. Il serait donc dommage de spécialiser l’apprentissage d’une discipline trop tôt et mettre de coté certains bénéfices qui pourraient être obtenus lors de ce stade. Les savoir-faire moteur acquis ici seront la base du développement futur des toutes les qualités athlétiques.

-S’entraîner à s’entraîner (Garçons : 12 à 16 ans ; filles : 11 à 15 ans)

A ce stade, l’écart par rapport à l’âge réel repose sur le pic de croissance rapide et soudaine. Au niveau physique, ce stade se prête parfaitement pour le développement de l’endurance aérobie, de la force et de la vitesse. L’entraînement aura pour but de consolider les habiletés sportives de base et la tactique élémentaire. Lors des compétitions, on recherchera bien sur la victoire, mais on veillera surtout à appliquer correctement les concepts vu à l’entraînement. Le rapport entraînement-compétition doit être d’environ 60%-40%.

-S’entraîner à la compétition (Garçons : 16 ans ou + ou – de 23 ans ; filles : 15 ans ou + ou – de 21 ans)

Ou l’art de performer en compétition. La préparation physique sera optimisée pour le sport choisi. Dans les sports collectifs, l’apprentissage des habiletés sportives sera spécifique selon le poste occupé. Durant les entraînements, on tentera de faire appliquer et de développer les habiletés sportives dans des conditions variées et proche des conditions réels de compétition. Le programme d’entraînement, de récupération, la préparation psychologique et le développement de la technique sera adapté sur mesure en fonction de chaque athlète. Le rapport entraînement-compétition est maintenant de 40%-60%.

-S’entraîner à gagner (Garçons : 19 ans ou + ; Filles : 18 ans ou +)

Il constitue l’ultime étape de la préparation athlétique du compétiteur. Les facteurs de performance physique, technique, tactique et psychologique seront développés à la limite des capacités de performance de l’athlète. L’entraînement aura pour but de maximiser les performances sportives, une périodisation sera établie en fonction des évènements sportifs importants. Les périodes de récupérations auront une importance capitale pour éviter un épuisement physique ou mental et permettre à l’athlète d’être en pleine possession de ses moyens pour le jour J.

-Vie active (Ce stade peut être amorcé à tout âge)

Il s’agit ici d’entamer la transition du sport de compétition vers une vie active physiquement. Le système sportif devrait apporter plus d’opportunités de reconversion aux sportifs qui quittent la sphère de la compétition.

Pour les disciplines à spécialisation hâtives, les stades s’amuser grâce au sport – apprendre à s’entraîner – s’entraîner à s’entraîner sont regroupés en une même catégorie. Le DLTA préconise également certaines recommandations spécifiques concernant les personnes ayant un handicap, cependant, il est malheureusement impossible de les détailler ici.

 

Sources et informations complémentaires: http://canadiansportforlife.ca/fr/learn-about-canadian-sport-life/ltad-stages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *